2 Magazine et santé
,

Deux magazines, l’un pour la Littérature, l’autre pour la Santé

Plongée dans deux magazines de l’été : d’une part, Lire pour découvrir de nouveaux ouvrages et d’autre part, Sciences et Avenir pour la partie Santé du magazine.

lire

Les ouvrages repérés dans le Magazine Lire :

Parmi « Le choix des libraires »

BONHEURLe Bonheur n’est pas un sport de jeune fille
Elise TIELROOY
Editions Belfond –
Mai 2014
384 pages – 18 €

Dans un centre de thalasso qui sent bon le chlore et les algues, les clients croient être venus pour une cure de détente… Tous comptent oublier leur quotidien et leurs vergetures dans l’intimité des cabines surchauffées ; tous espèrent trouver la beauté grâce à des mains suaves et à la nourriture pour futurs minces. Tous sont prêts à ne plus s’occuper que d’une chose : leur corps.

Mais Guillemette, masseuse de 22 ans, va voir son passé ressurgir et mettre un joyeux désordre dans le bel équilibre des soins, entamant au passage bien des défenses et fragilisant les curistes les plus résistants.
Mona, Victor, Iris, Claudine ou encore Thomas… Tous seront secoués, tous seront transformés, pour le pire comme pour le meilleur. Car le bonheur n’est pas un sport de jeune fille.

 Une comédie pétillante et cocasse, où le bonheur fait changer de peau.


Parmi « Les livres de votre été » :

Presque-la-mer_book_fullHumour : Presque la mer
Jérôme Attal
Editions Hugo Roman –  07/05/2014
206 pages – 17,00 €

Désert médical : et s’il y avait la mer à Patelin ?  « L’avantage d’une réunion de crise en période de crise, c’est que c’est juste une réunion ! » Voilà ce que se dit le conseil municipal de Patelin réuni en session extraordinaire. À l’ordre du jour : trouver une idée, un stratagème, pour remplacer le docteur Landreux qui prend sa retraite et attirer un jeune docteur dans leur petit village situé en pleine campagne et reculé de tout.  Aujourd’hui les jeunes docteurs fraîchement diplômés sont terriblement exigeants sur leur cadre de vie. Qu’à cela ne tienne, le village tout entier va se mobiliser autour d’une idée poétique : faire croire qu’à Patelin il y a la mer. Et que l’on vit toute l’année en maillot de bain.  À vrai dire, la seule personne à ne pas vouloir jouer le jeu, c’est Louise, la fille du facteur. Elle, depuis son adolescence, elle rêve de quitter Patelin. Elle vient d’ailleurs de faire un aller-retour à Paris, pour participer au casting d’une émission de télé-crochet. Mais l’aventure a tourné court. Et voilà que son retour au village est vécu comme une punition. Mais ça, bien sûr, c’était avant que tout le monde s’emballe pour l’idée de la mer !  Un roman poétique et jubilatoire, qui porte un regard féroce et tendre sur la société d’aujourd’hui.  Un vrai roman de bonne humeur, où l’ironie et la tendresse font ensemble leur premier pas sur la plage !

LESOIESEvasion :  Les Oies des neiges
William Fiennes
Editions Hoëbeke – 23/04/2014
260 pages – 19,80€

William Fiennes, encore étudiant, tombe soudainement gravement malade. Il fait plusieurs séjours à l’hôpital, entrecoupés de longues périodes de convalescence dans la maison familiale. La maladie le laisse désemparé. Il éprouve aussi un besoin désespéré d’échapper à cette difficile période. C’est alors qu’il retrouve dans la bibliothèque, un livre qu’il avait lu enfant : l’Oie des neiges. Ce livre sera pour lui comme une renaissance. Il sait que les oies des neiges passent chaque été dans l’Arctique canadien où elles ont leurs aires de reproduction. Il sait que chaque automne, elles migrent par millions vers le sud des Etats Unis, la Californie et le golfe du Mexique, et qu’au printemps suivant, elles refont le voyage dans l’autre sens. Pourquoi les oies entreprennent-elles de tels périples, longs de près de 5 000 kilomètres, dangereux et épuisants, dont beaucoup ne reviennent pas ? Quel signe mystérieux leur indique qu’il est temps de partir et dans quelle direction ? Comment retrouvent-elles année après année et génération après génération les lieux qu’elles ont quittés ? Quelle force enfin les pousse deux fois par an à quitter un lieu pour un autre. Une maison pour une autre ? Voilà le but qu’il se fixe : pouvoir répondre à toutes ces questions (et bien d’autres), dès qu’il sera remis. Et pour répondre aussi à son besoin de bouger, de s’envoler à son tour, il décide qu’il suivra la prochaine migration.   Au final, une œuvre remarquable sur la migration des oiseaux mais aussi sur la notion même de l’errance, sur la puissance d’attraction de ses propres racines, une vision poétique et philosophique portées par une prose parfaitement mesurée qui transporte le lecteur.   Un écrivain talentueux dont la voix est réfléchie, douce-amère et finement observatrice. Son livre fourmille d’histoires et d’anecdotes, où les hommes sont aussi présents que les oiseaux. La joie d’être en vie, de bouger et – surtout – de rentrer chez soi est évoquée de façon poignante dans cet ouvrage intelligent et exubérant. Le livre a été salué outre Manche et outre Atlantique par une presse enthousiaste, comparé aux œuvres de Thoreau, et de Bruce Chatwin. De grands écrivains se sont enthousiasmés comme Peter Carey ou encore Rick Bass.


Parmi « Les extraits de la rentrée littéraire »

DELACOURTOn ne voyait que le bonheur 
Editions JC Lattès – août 2014
360 pages –  19.00 €

« Une vie, et j’étais bien placé pour le savoir, vaut entre trente et quarante mille euros. Une vie ; le col enfin à dix centimètres, le souffle court, la naissance, le sang, les larmes, la joie, la douleur, le premier bain, les premières dents, les premiers pas ; les mots nouveaux, la chute de vélo, l’appareil dentaire, la peur du tétanos, les blagues, les cousins, les vacances, les potes, les filles, les trahisons, le bien qu’on fait, l’envie de changer le monde. Entre trente et quarante mille euros si vous vous faites écraser. Vingt, vingt-cinq mille si vous êtes un enfant. Un peu plus de cent mille si vous êtes dans un avion qui vous écrabouille avec deux cent vingt-sept autres vies. Combien valurent les nôtres ? » À force d’estimer, d’indemniser la vie des autres, un assureur va s’intéresser à la valeur de la sienne et nous emmener dans les territoires les plus intimes de notre humanité.Construit en forme de triptyque, On ne voyait que le bonheur se déroule dans le nord de la France, puis sur la côte ouest du Mexique. Le dernier tableau s’affranchit de la géographie et nous plonge dans le monde dangereux de l’adolescence, qui abrite pourtant les plus grandes promesses.

MURAKAMIL’incolore Tsukuru Tazaki et ses années de pèlerinage
Haruki MURAKAMI
Editions Belfond – Septembre 2014
384 pages – 23 € 

Depuis le mois de juillet de sa deuxième année d’université jusqu’au mois de janvier de l’année suivante, Tsukuru Tazaki vécut en pensant presque exclusivement à la mort. À Nagoya, ils étaient cinq amis inséparables. L’un, Akamatsu, était surnommé Rouge ; Ômi était Bleu ; Shirane était Blanche et Kurono, Noire. Tsukuru Tazaki, lui, était sans couleur. Tsukuru est parti à Tokyo pour ses études ; les autres sont restés. Un jour, ils lui ont signifié qu’ils ne voulaient plus jamais le voir. Sans aucune explication. Lui-même n’en a pas cherché. Pendant seize ans, Tsukuru a vécu comme Jonas dans le ventre de la baleine, comme un mort qui n’aurait pas encore compris qu’il était mort. Il est devenu architecte, il dessine des gares. Et puis Sara est entrée dans sa vie. Tsukuru l’intrigue mais elle le sent hors d’atteinte, comme séparé du monde par une frontière invisible. Vivre sans amour n’est pas vivre. Alors, Tsukuru Tazaki va entamer son pèlerinage. À Nagoya. Et en Finlande. Pour confronter le passé et tenter de comprendre ce qui a brisé le cercle. Après la trilogie 1Q84, une oeuvre nostalgique et grave qui fait écho aux premiers titres du maître, La Ballade de l’impossible notamment.


 science et avenir juillet 2014

Dans le Sciences et Avenir de juillet 2014, rubrique Santé :

Un dossier « Risques et bienfaits du soleil » : le Soleil a officiellement été classé cancérigène en 1992. Son rayonnement est composé pour partie de deux types de rayons ultraviolets, les UVA et les UVB, qui n’ont pas la même fonction, ont des effets contrastés sur la peau mais sont tous les deux dangereux. Outre ces explications, le dossier zoome sur les crèmes solaires : indispensables pour se protéger, une controverse existe sur l’évaluation de leur protection. Et encore : présentation des maladies du Soleil, conseils « Comment scruter sa peau pour prévenir le mélanome », et enfin 10 conseils pour profiter des bienfaits du soleil. Un dossier technique et pratique.

Dans la partie Santé, vous trouverez aussi :
– Le clonage humain devient une réalité
– Marion Montaigne : poil à gratter de paillasse
– Faut-il limiter a consommation de sodas ?
– Le placenta a sa propreflore intestinale

Des idées de livres également :
101 conseils pour ne pas finir aux urgences
Mon psy sur Internet
Le livre de chevet de l’hypocondriaque.

Le site de Sciences et Avenir http://www.sciencesetavenir.fr/

 

 

 

  • 0

    Score global

  • Note des lecteurs :0 Votes

Partager

A propos de Littérature et Santé

Ce blog partage avec vous, essentiellement à partir de livres, des réflexions sur les patients, les professions de santé et le numérique.

Vous aimerez aussi peut-être

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée Les champs obligatoires sont marqués d’un *