le choeur des femmes

Coup de coeur pour le Choeur des femmes

Au début du livre, Martin Winckler tient à préciser : « Ce livre est un roman : les personnages, l’unité 77, la ville de Tourmens, son CHU et les événements qui s’y déroulent sont imaginaires. Mais presque tout le reste est vrai.”

L’histoire se situe dans un service de « médecine de la femme », l’unité 77, au Centre Hospitalier de Tourmens. Il met en scène la rencontre de deux médecins : Jean Atwood, jeune et volontaire interne de chirurgie gynécologique qui se destine à la réparation des corps féminins et Franz Karma, praticien d’une cinquantaine d’années qui s’est consacré depuis 30 ans à la santé des femmes.

Atwood doit passer six mois dans le service de Karma, mais n’a pas du tout envie d’y perdre son temps à « tenir les mains des patientes ».

L’unité 77 n’est pas un service comme les autres, Karma en est le seul praticien, il y travaille avec une secrétaire, une conseillère de planification, des infirmières et des aides-soignantes qui le désigne par son prénom. Il y pratique des IVG et y hospitalise clandestinement des patientes à l’insu de l’administration de l’hôpital. Il reçoit des femmes que personne ne veut recevoir ou que les gynécologues méprisent ou fuient comme la peste, immigrantes, femmes violées, mais aussi celles qui sont en rupture de famille, ou qui ont décidé de ne pas avoir d’enfants et demandent à se faire stériliser.

Alors que sa « vocation » était tout autre, le Dr Atwood va peu à peu, à son corps défendant, découvrir qu’écouter les femmes n’est ni répétitif ni ennuyeux, mais que cela lui permet non seulement d’apprendre son métier de médecin et aussi de découvrir sa propre identité.

Le roman est raconté à la première personne par l’interne « novice » qui arrive à l’unité 77 mais d’autres voix, celles des femmes en consultation notamment prennent la parole.

Le Chœur des femmes est conçu comme un chœur : de l’ouverture à la finale (Andante Respettoso) en passant par l’adagio, le moderato… C’est un roman polyphonique qui mêle vie quotidienne, informations sur la gynécologie, secret de famille, éthique du médecin, questions de patientes, critique sévère de la formation et du comportement du corps médical, de leurs relations avec l’industrie pharmaceutique, sur les relations médecins-patients…

Martin Winckler réussit à nous passionner avec de nombreux rebondissements.

Points forts

Livre original par sa « polyphonie » et les différents thèmes traités, les informations sur la gynécologie notamment
L’auteur se glisse à merveille dans la peau des femmes qui racontent leur vécu cruel, douloureux ou heureux

Points faibles
Les 600 pages se déroulent dans un espace-temps d’une semaine, ça semble un peu irréaliste
Le langage un peu familier du personnage principal peut rebuter
Une fin un peu tirée par les cheveux

Mon point de vue
C’est le premier livre de Martin Winckler que je lis. J’ai véritablement eu un coup de cœur pour le Chœur des femmes, j’ai eu beaucoup de mal à le lâcher. Il est épais, certes, mais on passe un bon moment, on apprend des choses, on se prend à rêver de rencontrer des médecins qui vous écoutent de la sorte…

Le site de l’auteur : http://martinwinckler.com/


Ce challenge fait partie de ma participation au Challenge Pavé de l’été !

Pavé 2014

  • 0

    Score global

  • Note des lecteurs :0 Votes

Partager

A propos de Littérature et Santé

Ce blog partage avec vous, essentiellement à partir de livres, des réflexions sur les patients, les professions de santé et le numérique.

Vous aimerez aussi peut-être

2 comments on “Coup de coeur pour le Choeur des femmes

  1. 22 septembre 2014 à 10 h 02 min

    Un livre au sujet duquel j’ai lu beaucoup de commentaires élogieux … et un beau pavé : bravo pour ta réussite au Challenge 🙂 !

  2. 24 septembre 2014 à 10 h 56 min

    J’ai beaucoup aimé comme les autres romans de cet auteur, La maladie de sachs, Les trois médecins, La vacation. Je trouve que les femmes devraient lire ces romans car les médecins maltraitants sont nombreux, savoir que ça existe c’est important et savoir se défendre c’est encore mieux.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée Les champs obligatoires sont marqués d’un *