Maux d’enfants, la maladie comme remède > Valentine remède – Jeanne Benameur – Editions Thierry Magnier

Valentine remède
Par défaut

La maladie comme remède pour réconcilier ses parents qui se disputent.Telle est la trouvaille de Valentine.

La première fois qu’elle entend leurs cris, elle se dit « Il faut faire quelque chose » car « Il y avait ses parents qui se disputaient en bas. Le monde s’arrêtait là. » Lire la suite

La fabuleuse découverte de Tintamarre – Journée nationale de l’audition – 12 mars 2015

Fabuleuse découverte de Tintamarre
Par défaut

« La fabuleuse découverte de Tintamarre » est un conte initiatique. Il a pour personnage principal une petite fille, née un jour de fête, dans un pays très animé « où vivaient pleins de gens » qui aimaient le bruit : « Plus il y avait du bruit et plus les habitants se sentaient vivants ». Lire la suite

La BD « Boule à zéro »

Boule a zero
Par défaut

Zita Sayyah est une ado de 13 ans, qui en paraît 10. Elle souffre d’une leucémie, est hospitalisée depuis l’âge de 4 ans au 6ème étage de l’hôpital LeGoff (la Gaufre…), réservé aux enfants accidentés ou atteints d’une maladie grave ou incurable. Tout le monde l’appelle « Boule à zéro ». Lire la suite

Dieu me déteste

dieu me déteste
Par défaut

J’avais, en mai dernier, repéré les pubs Dieu me déteste dans le métro, sans avoir vraiment compris qu’il s’agissait d’un livre. Les émissions littéraires en ont ensuite beaucoup parlé. Après Nos étoiles contraires (février 2013) de John Green, adapté au cinéma en août dernier, Dieu me déteste est un autre livre sur le cancer, les ados, l’amour. Lire la suite

Oscar et la dame rose

oscar et la dame rose
Par défaut

Oscar et la dame rose de Eric-Emmanuel Schmitt commence par une lettre : « Cher Dieu, je m’appelle Oscar, j’ai dix ans, j’ai foutu le feu au chat, au chien, à la maison (je crois même que j’ai grillé les poissons rouges) et c’est la première lettre que je t’écris parce que jusqu’ici à cause de mes études, j’avais pas le temps ».
Mais Oscar aurait aussi pu commencer la lettre de cette façon : « On m’appelle Crâne d’œuf, j’ai l’air d’avoir sept ans, je vis à l’hôpital à cause de mon cancer et je ne t’ai jamais adressé la parole parce que je crois même pas que tu existes ».
Lire la suite

Un roman jeunesse : découverte du diabète chez Paul, 8 ans

des petits trous au bout des doigts
Par défaut

Paul a 8 ans quand il perd conscience dans la cour de récréation, au moment des premiers flocons de neige : « Je suis tombé en avant. J’ai entendu le cri de Théo puis celui de la maîtresse ». Hospitalisé, il découvre qu’il est diabétique et que « si on pouvait me soigner, en revanche, je ne guérirai jamais. J’étais malade pour tout le reste de ma vie ». Lire la suite

Résister ou pas aux aliments irrésistibles ?

Aliments irrésistibles
Par défaut

Parce que le diabète de type 2 se déclare chez des personnes de plus en plus jeunes, l’Association Française des Diabétiques a travaillé avec le Professeur Philippe Cornet, médecin généraliste-enseignant et Nathalie Masseboeuf, diététicienne-pédagogue, afin de proposer une approche différente et attrayante de l’éducation alimentaire des 8 – 12 ans. Lire la suite

Une ado face au cancer de sa mère

Ma-mere,-son-cancer-et-moi-
Par défaut

Je ne lis pas « Je Bouquine », réservé à Louloute, 11 ans. Cette fois, le thème du mensuel a attiré mon attention, d’autant plus que, selon sa propriétaire « c’est le meilleur roman Je Bouquine lu depuis longtemps ». Opinion individuelle confirmée par les quelques 90 commentaires élogieux de jeunes lecteurs sur le blog de Je Bouquine.

Lire la suite